Menu

L’expression « fusion-acquisition » recouvre les différents processus d’achat d’une entreprise par une autre. Une entreprise rachetée peut continuer à avoir son existence propre après l’opération ou au contraire se fondre dans celle qui la rachète.

Pour les entreprises acquéreuses, de telles opérations ont pour finalité d’augmenter leurs activités et leurs profits, selon la logique de la croissance externe, qui s’oppose à la croissance interne émanant de ses seules activités organiques.

Le regroupement d’entreprises permet d’utiliser une trésorerie excédentaire à bon escient, d’utiliser intelligemment les règles fiscales internationales, de réaliser des économies d’échelles ou encore d’éliminer les doublons tout en complétant la chaîne d’excellence.

Les fusions et acquisitions ont pour finalité d’accroître les synergies dans la nouvelle entité constituée, selon la technique dite du « 1 + 1 = 3 ».

Mais la pratique des marchés a montré que beaucoup de regroupements constituent, au final, des échecs, parfois retentissants. L’opération peut avoir été mal étudiée, mal préparée ou mal exécutée, ou le coût social de l’opération peut être très important.

Le chef d’entreprise qui souhaite revendre son activité ou en acquérir une nouvelle doit donc étudier son projet dans ses moindres détails. Pour l’aider dans cette tâche, la Wallonie a mis en place des organismes d’accompagnement et d’aide. Pour plus de détails voir la page « Céder son activité« .